Quelques informations

Informations de LEXPERTISE  Expert En Évaluation Immobilière à Roquefort-les-Pins (06330) dans les Alpes Maritimes Nice

Mieux connaitre le métier d'expert en évaluation immobilière

L’expert tient une place importante dans l’économie immobilière. Interlocuteur privilégié de l’ensemble des acteurs de nos territoires (famille, sphère publique et privé), son rôle dans la société civile est reconnu et très largement plébiscité. 

Qu’il s’agisse d’achat, de vente, de transmission, de donation, de succession, de partage, de déclarations fiscales ou encore

de valorisation d’actifs, particuliers, notaires, avocats, entreprises, juges, organismes publics, font tous appel, à un moment ou un autre,

à un expert en évaluation immobilière.

Le mot « expert » possède la même racine qu’«expérience». Même si l’expérience est une condition nécessaire pour devenir expert, elle n’est cependant pas une condition suffisante surtout pour le rester tant les choses évoluent sans cesse.

Selon la Charte de l’expertise en évaluation immobilière, « l’expert en évaluation immobilière est un spécialiste dans l’art d’évaluer les divers droits dont les biens immobiliers sont les supports ».

 

L’expert se doit d’être :

 

  • Un technicien capable de juger les facteurs techniques de la valeur tels que la nature d’une construction, son architecture, son état…

  • Un juriste : un bien est valorisé en fonction des droits qui l’accompagnent (urbanisme, servitude, fiscalité, loyers…)

  • Un fiscaliste : l’expert se doit d’être informé des évolutions fiscales qui peuvent avoir des incidences sur un bien

  • Un économiste : à travers l’analyse des marchés immobiliers dont dépend le bien expertisé en prenant en compte le contexte économique général et son impact sur un marché ciblé.

La profession n’est pas encore réglementée mais tend à le devenir. Il n’y a pas de formation spécifique, la majorité des experts se sont formés sur le terrain après une formation de base tout aussi variée soit-elle : droit, économie, commerce, géomètre…

Il existe cependant deux écoles permettant l’obtention d’un diplôme reconnu :

  • L’Institut d’études économiques et juridiques appliquées à la Construction et à l’Habitation (ICH)

  • L’Ecole supérieure des professions immobilières (ESPI)

La Charte de l’expertise précise les exigences de formation et / ou d’expérience pour être reconnu expert. Il faut au minimum :

  • Soit avoir acquis les connaissances nécessaires par un enseignement spécifique sanctionné par un diplôme de second cycle de l’enseignement supérieur et, au minimum, trois années d’expérience professionnelle auprès d’un expert.

  • Soit être titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur et avoir reçu un complément de formation immobilière spécifique, sanctionné par un diplôme, et avoir acquis une expérience professionnelle de deux années minimum.

  • Soit avoir acquis une expérience professionnelle au cours de sept années de pratique des disciplines immobilières, dont au moins quatre dans l’activité d’expertise en évaluation immobilière.

L’expert se doit également de maintenir à jour ses connaissances par le biais d’au minimum 20h de formation par an.

L'expert privilégie un rapport privilégié avec ses clients, et s'impose des règles communes à  la profession basées sur trois valeurs qui caractérisent la culture du métier : 


  • L’objectivité : elle se traduit en premier lieu par l’indépendance de l’expert, gage de crédibilité. Elle passe également par « la justesse de la valeur » : méthode de calculs, bases de références, réseau d’experts, les sources doivent être multiples et la valeur démontrée.

  • La compétence : l’expert actualise en permanence son savoir-faire : il suit chaque année des cycles de formations continues dans les domaines techniques, juridiques, économiques et urbanistiques afin de parfaire ses connaissances et toujours rester au niveau d’exigence de la profession.

  • Le professionnalisme : c’est la phase de matérialisation du métier, de la concrétisation du travail de l’expert : la remise d’un rapport d’expertise au client, document reconnu comme référent par l’ensemble des acteurs de la sphère immobilière.

Pour les locaux commerciaux (bureaux, activités, commerces), pour déterminer la valeur vénale, l’expert privilégie une technique de capitalisation du revenu net (et/ou d’actualisation des flux futurs), avec un recoupement par comparaison directe. L’évaluation de l’immeuble occupé est effectuée, bail par bail.

Pour les biens d’habitation (appartements, villas, …), pour déterminer la valeur vénale, l’expert privilégie une technique par comparaison, avec également un recoupement par capitalisation de la valeur locative de marché si nécessaire.

L’évaluation de l’immeuble occupé est effectuée également bail par bail.

 

L'utilisation de telle ou telle méthode dépendra bien évidemment du bien et du contexte, mais aussi de l'objet de l'expertise demandée.

Il existe donc d'autres méthodes par exemple:

Pour les terrains à bâtir: Évaluation par la charge foncière avec la méthode par compte à rebours ou bilan promoteur.​

Pour les locaux d'activités spécifiques il existe par exemple la méthode hôtelière (pour les hôtels).

Méthode par le coût de remplacement, par sol construction, méthode indiciaire...

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ? N'hésitez pas à me laisser un message.

 Copyright© DEMITRA, LEXPERTISE  2020 - Tous droits réservés - All rights reserved